Littérature et poésie

« Écrire »
« Entre-deux »
« Les Singuliers »
« La Chambre d’écriture »
« Locus Solus »
« Ligne de mire »
« Correspondances » - épuisé
« L'Estran »
« Interférences »
« Écho Poche/Argol »
« Hors collection »

Gastronomie, esthétique du goût

« Vivres »   Paradoxes
  Gestes

 

« Coédition Musée Rodin »



Rechercher :


Coédition Musée Rodin

 

Dewar & Gicquel
Dewar & Gicquel
la jeune sculpture

Date de parution : mai 2014
ISBN : 978-2-37069-004-3
Illustrations : 20 photos
Format : 170x130 - Pages : 48 pages
15 €


 

Avant-propos Dewar et Gicquel

Catherine Chevillot
Directrice du musée Rodin

Se confronter à Rodin amène bien souvent à se poser d’une nouvelle manière des questions élémentaires sur la sculpture, sur le ton du célèbre « Qui sommes-nous ? D’où venons-nous ? Où allons-nous ? ». Daniel Dewar et Gregory Gicquel ont bien voulu s’engager dans cette tentative, eux qui, précisément, déclinent leur travail sur le mode revendiqué de l’aventure expérimentale, au point d’en parler comme d’une « création performative ». En témoigne dans cet ouvrage la photographie comme mémoire de leurs modèles en terre, disparus au cours du processus d’élaboration.

Dewar et Gicquel ont ici choisi des modes opératoires nouveaux dans leur pratique (le moulage comme technique, le béton comme matériau) afin de mieux explorer une obsession : sculpter dans un monde où la chose matérielle est sans cesse plus déréalisée, dissoute par l’image en deux dimensions, où la monumentalité est réduite à presque rien par l’écran. Comme pour conjurer ce pouvoir dissolvant de l’image en deux dimensions, ils s’affrontent ici, à coup de dizaines de tonnes d’argile puis de béton, à l’échelle d’un lieu, cour et jardin, et d’un monstre sacré, Rodin.

C’est une banalité de rappeler que le spectateur doit faire le tour d’une sculpture pour la découvrir complètement, en faire l’expérience et se situer dans l’espace. Pourtant la vraie confrontation qui aura lieu aujourd’hui au musée Rodin sera celle des visiteurs et de ces fragments incongrus de corps ou d’objets familiers à l’échelle colossale : confrontation à un format, une matière, une masse, une couleur. Peut-être faut-il au spectateur d’aujourd’hui ces contradictions d’échelle, ces surgissements de signes dissonants, ces distorsions iconographiques pour qu’enfin, il s’arrête et regarde, et reprenne conscience de lui-même, de ses limites physiques dans l’espace réel.


Réalisé avec Sitedit